Jouer au video poker en ligne

Texas Hold’em

Jouer au Texas Hold’em en live sur Dublinbet

Dans le monde du casino en ligne, des nouveautés sont sans cesse proposées aux joueurs. Les amateurs de sensations fortes apprécient tout particulièrement la nouvelle formule leur permettant de jouer « en live », c’est-à-dire en direct, dans un vrai casino. Le tout, sans avoir à bouger de chez eux. Sur le site Dublinbet, ils sont propulsés – en temps réel – au sein du casino Fitzwilliam Card Club. Les adeptes de Texas Hold’em sont bienvenus au sein de ce casino en ligne.

Quelques mots sur Dublinbet

blackjack liveDublinbet est un casino en ligne dont la gestion est assurée par Vuetec LTD. L’interface de jeu fait appel à la technologie Distance Gaming. Les résultats pris en compte au terme d’une partie sont ceux ressortant d’une véritable partie.

Cette dernière est supervisée par un véritable croupier et de vrais joueurs y participent. Ceux-ci se trouvent au sein du casino dublinois Fitzwilliam Card Club.

Il n’y a pas de processus aléatoire ou de système informatique qui génère les résultats au hasard. L’issue de chaque partie est authentique. Les joueurs peuvent se sentir rassurés !

Jouer au Texas Hold’em en live sur Dublinbet

Une partie de Texas Hold’em sur le site Dublinbet se déroule d’une manière très spéciale. Le joueur se retrouve en effet dans une véritable salle de jeu, par l’intermédiaire de son écran. Le site fait appel à une technologie novatrice, Distance Gaming. Des caméras placées de part et d’autres de la salle de jeux permettent de renvoyer des images, ou plus précisément des vidéos, aux joueurs en ligne. Ces derniers ont une vue directe sur la table de jeu. Ils voient également le croupier ou la croupière et ont la possibilité d’interagir avec ce dernier (cette dernière). Toutes les conditions sont réunies pour une partie bien animée. Pour un peu, l’on se croirait dans une véritable salle de jeux. Ce qui est, d’ailleurs, un peu le cas !

Les conditions de jeu

Si l’on s’intéresse de près aux conditions de jeu, elles sont les mêmes que celles en vigueur dans le cadre d’une traditionnelle partie en ligne ou d’une traditionnelle partie dans une salle de jeux. Le déroulement du jeu et les règles à respecter sont exactement les mêmes. Comme c’est le cas pour toute partie de Texas Hold’em – une variante du poker –, l’objectif du joueur est d’obtenir la plus forte combinaison de cinq cartes. Pour ce qui est des mises, le minimum admis est d’un euro. Le maximum s’élève à deux cents euros.

Pour ce qui est de la plateforme de jeu, celle-ci est très simple et propose un maximum de sécurité aux joueurs. Le principal avantage de l’interface se trouve dans le fait qu’il n’existe aucune application à installer avant de pouvoir se lancer. La plateforme proprement dite propose un graphique agréable. Celle-ci est, par ailleurs, régulièrement actualisée.

Comment jouer ?

Pour pouvoir jouer sur Dublinbet, il faut d’abord devenir membre du site. Seules les personnes inscrites sur l’interface peuvent devenir des « Utilisateurs » et accéder à l’interface de jeu. Une fois les différents démarches effectuées, l’on peut se connecter et aller dans la section « Texas Hold’em ». Dès lors, il ne reste plus qu’à choisir une table de jeu et mettre en pratique ses connaissances et son savoir-faire en matière de Texas Hold’em !

Paiements

Si l’on souhaite participer à une partie de Texas Hold’em sur le site Dublinbet, il faut déposer des mises. Pour ce faire, il est indispensable d’effectuer un dépôt sur son compte virtuel. Différents moyens sont à la disposition des joueurs. L’on peut alimenter ce compte par l’intermédiaire de cartes de crédit. Dublinbet accepte les suivantes : Visa, Mastercard, Delta, Electron et Maestro. Le dépôt peut également se faire par le biais de Moneybookers ou par un virement bancaire. Les joueurs inscrits sur ce casino en ligne doivent savoir que différents bonus leur sont constamment proposés. Parmi les offres intéressantes, on peut citer la possibilité d’empocher jusqu’à 15% de la valeur du dépôt effectué sur le site. Quelle que soit l’offre faite par le site Dublinbet, il est recommandé de s’informer systématiquement sur les conditions.

Déroulement d’une partie de poker texas hold’em

Le poker texas hold’em est sans aucun doute la version du poker la plus populaire dans les casinos surtout lorsqu’elle est jouée en  mode « No-Limit ». Ce mode est notamment celui qui est adopté dans le cadre du tournoi WSOP ou World Series Of Poker. Les règles de jeu de cette variante du poker sont facilement assimilables mais cela ne signifie pas pour autant que le poker texas hold’em est un jeu simple. Découvrez-en les spécificités.

Le poker

Le poker est un jeu qui nous vient tout droit des Etats-Unis. Au cours d’une partie de poker texas hold’em comme dans tout autre jeu de casino, le joueur participe pour empocher des gains. Plus important encore, le joueur doit avoir en main la combinaison victorieuse ou encore réussir à bluffer ses adversaires et faire croire à ces derniers qu’il détient une main forte alors que la situation est toute autre : même avec une main qui n’en vaut à priori pas la peine, le joueur le plus habile peut contraindre ses adversaires à « se coucher ». Bref, il s’agit d’une condition sine qua non pour pouvoir encaisser des gains.

Début d’une partie de poker texas hold’em

Au début d’une partie de poker hold’em, le distributeur que l’on connaît sous le nom de « dealer » se charge d’entremêler les cinquante-deux cartes à jouer. Qu’il s’agisse d’un casino en ligne ou dans un casino terrestre, la personne chargée d’effectuer la donne est le croupier.

Occasionnellement, il se peut que la distribution des cartes revienne à l’un des joueurs se trouvant autour de la table de jeu. Si tel est le cas, les joueurs devront successivement jouer le rôle du donneur. Dans tous les cas, en cas de présence d’un croupier, les joueurs occupent tour à tour ce rôle d’une manière fictive et endossent alors la position de « donneur fictif ».

Pour déterminer le joueur qui se met dans la peau du « donneur fictif » du jeu, un jeton spécial est placé devant lui. Ce jeton est dit « bouton » ou encore « Dealer Button » en anglais. Ce bouton passera successivement devant chaque joueur de gauche à droite : cela permettra de reconnaître facilement la position du donneur.

Les blinds

Avant que la remise des cartes ne soit effectivement réalisée, les deux participants placés à gauche du croupier sont tenus de payer les  «blinds». Le premier joueur se trouvant à gauche doit payer la petite « blind » tandis que le second s’acquitte de la grosse « blind ». En cas d’absence de croupier, le joueur indiqué comme donneur s’occupe de la distribution des cartes.

Au cours de la distribution des cartes, deux premiers tours se succèdent. La donne débute par le « Small blind » et se poursuit par la « Big blind ». A chacun des tours, les joueurs reçoivent chacun une carte face cachée.

Une fois ces deux tours terminés, chaque joueur détient deux cartes entre les mains. Lui seul est en connaissance des cartes qu’il possède. L’on ne manquera pas de souligner que le joueur doit faire en sorte de bien cacher ses cartes et éviter que des regards indiscrets ne puissent les voir : il ne faut pas que les adversaires puissent avoir, ne serait-ce qu’une petite idée, des cartes qu’il a en main. Ces deux cartes qui constitueront les seules cartes individuelles de chaque joueur ne seront étalées qu’au moment de l’abattage.

Une fois que les joueurs ont pris connaissance avec leur jeu, la mise « pré-flop » peut alors commencer et c’est le joueur situé juste à gauche de la  « grosse blind » qui s’exprime en premier lieu. Le tour continue ensuite dans le sens des aiguilles d’une montre.

Le flop

Une fois le premier tour de mise achevé, le donneur brûle une carte et expose le « flop ». Concrètement, trois cartes sont dévoilées et celles-ci sont visibles de tous les joueurs se trouvant autour de la table. Ces trois cartes seront alors associées aux deux cartes privatives de chaque joueur et formeront les mains de chacun. Il est utile de noter que les cartes communes étalées sur la table représentent le « board » ou tableau.

Le second tour de mise est alors entamé et c’est au joueur situé à la gauche du donneur d’effectuer son pari. Tel sera le cas pour tous les prochains tours de mises.

Le turn

Après le deuxième tour de mise, le donneur brûle une nouvelle fois une carte avant de dévoiler une carte au milieu de la table. Il s’agit du « Turn » ou tournant qui peut également entrer dans la constitution des mains des joueurs. Un troisième tour de mise est ensuite entamé.

Le River et le Show Down

Après le troisième tour de mise, le donneur brûle une dernière carte avant de poser une ultime carte face visible au centre de la table, il s’agit du « river » ou « Fifth street ».

Le dernier tour de mise est ensuite exécuté. Tous les joueurs qui sont encore en lice et qui ont décidé de ne pas se coucher abattent tour à tour leurs cartes : c’est alors le « Show Down » ou abattage. Les joueurs présenteront chacun une combinaison de cinq cartes en sélectionnant parmi leurs deux cartes individuelles et parmi les cinq autres cartes du tableau. Il est utile de préciser que le joueur peut choisir d’utiliser l’une de ses cartes privées ou les deux, voire aucune d’entre elles. Le joueur ayant obtenu la meilleure main remporte le pot. La partie est alors terminée et le vainqueur empoche ses gains.

Le bouton du donneur passe alors au joueur situé à sa gauche de celui-ci : les joueurs peuvent entamer une autre partie.

Le poker fermé

Le poker fermé fait partie des trois grands groupes de poker, l’un des jeux de casinos. On l’appelle ainsi parce qu’aucune carte n’est lisible pour les autres adversaires. C’est la variante préférée des amateurs de risques. Les coups de bluffs passent aussi mieux, le côté stratégique est donc très important. Les connaissances sur la psychologie des joueurs est donc très utile. Les parties sont plus rapides et actives. Cependant, les règles de poker fermé sont très simples, surtout pour le Draw Poker, la version principale. Il est donc particulièrement indiqué pour les joueurs débutants.

Le poker fermé est aussi appelé ‘poker classique’ car il s’agit de la première variété connue de poker. Les premières traces de cette forme de poker ont été retrouvées au XIXème siècle en Amérique. Très joué dans les grandes plaines de l’Ohio ou de l’Arizona, on le nomme aussi le poker des Cow-Boys. Les différentes guerres ont contribué à l’essor du poker moderne dans le pays tout d’abord, puis à travers le monde entier. Aujourd’hui, le poker a acquis un tout nouveau public grâce aux sites de poker on-line.

Le joueur reçoit une première main. Pendant les deux tours d’enchères qui suivent la distributioin, il peut se coucher, suivre ou relancer. Pour le poker classique, il possède aussi la possibilité d’échanger ses cartes contre de nouvelles. En tout, il peut échanger quatre cartes de sa main. Le but est de former la main la plus forte, avec toutes les cartes en sa possession. En cas de cartes équivalentes, cas relativement rare, le pot est partagé entre les joueurs. Lorsqu’un joueur reste seul en lice, il remporte tout de suite le pot sans que le showdown soit nécessaire. Le jeu se joue en pot limit ou en no limit.

Il existe d’autres variantes de poker fermé que le poker classique. Le double Draw Poker peut avoir un troisième tour d’enchères. En tout cas, les cartes peuvent encore être échangées après le deuxième tour. Une autre variété, appelée Ace to Five ou Nullot fermé est très divertissante. Le principe est le même que le Draw Poker mais au lieu de former la main la plus forte, le joueur doit obtenir la combinaison la plus faible. Le Badugi fait aussi partie du groupe des pokers fermés. Au lieu des cinq cartes traditionnelles, les joueurs reçoivent une main de quatre cartes. En fait, pour gagner, le joueur ne doit posséder aucune combinaison. Ses cartes doivent être totalement différentes, tant en rang qu’en couleur. La valeur des cartes doit aussi être la plus faible possible, c’est pourquoi les figures sont à éviter. Le Badugi est une version née très récemment et il n’est pas encore très connu du grand public. Il existe aussi d’autres déclinaisons comme le Jacks or Better, ou encore le Deuce To Seven.

A la découverte du poker Texas Hold’em

Le Poker Texas Hold’em est une variante de poker, mais il est le plus connu et le plus pratiqué au monde, il se joue avec 52 cartes. En réalisant la meilleure combinaison possible de cinq cartes ou en faisant se coucher ses adversaires qu’est désigné le gagnant.

Le déroulement du jeu relaye distribution de cartes et tours d’enchères, mais avant de commencer, un joueur est désigné comme étant le donneur en plaçant devant lui un bouton pour indiquer son statut. Au tout début de la partie, cette dénomination est aléatoire mais ensuite le bouton se déplace à chaque tour dans le sens des aiguilles d’une montre. Le joueur placé immédiatement à gauche du donneur doit proposer une mise forcée appelée le Small Blind. Ce dernier est tenu de miser un « half bet ». Le joueur à gauche du small blind, par contre  est obligé de parier le Big Blind, soit un bet.

Après que les blindes soient déposés (le montant des blindes est fixé initialement avant le commencement de la partie et correspond communément au plus petit jeton unitaire), le donneur octroie deux cartes fermées et individuelles à chaque joueur constituant ainsi la main de départ.

Le jeu débute alors avec le premier joueur situé à droite de la grosse blinde appelé UTG (pour Under The Gun). Comme est le cas pour tous les joueurs de la table, il peut opter pour une des trois options : Se coucher/ Fold (il donne ses cartes au donneur et abandonne le coup) ; Suivre/ Limp (il met l’équivalent de la grosse blinde et reste dans le coup) ; Relancer/ Raise: il mise au minimum le double de la grosse blinde et au maximum l’intégralité de ses jetons appelé tapis.

Chaque joueur a droit à deux cartes qui constituent ces hole cards et qui lui sont propres, qui ne sont pas divulguées à autrui et ne sont connues que de lui seul et il sera le seul apte à les utiliser lors de l’abattage final ou « showdown » qui indiquera celui qui à la meilleure combinaison gagnante à la main.

Le dernier joueur à parler est le surblindeur, qui a déjà misé sur le coup du montant de la grosse blinde. Lorsque personne ne surenchère ou relance, il demande au donneur d’étaler trois cartes au milieu de la table constituant le flop.

Si un joueur surenchère sans que personne ne suive, il remporte le pot et le tour prend fin. Sinon, le flop est donc  mis à découvert. Les trois cartes communes du flop, parachèvent les deux cartes dissimulées de chacun des joueurs encore en lice. C’est alors qu’un autre tour est entamé avec des surenchères comme lors du tour précédent sauf que cette fois on commence avec le small blind qui est le premier à parler. Bien sûr chaque joueur dispose de la possibilité de se coucher, de suivre, de relancer ou de dire parole (checke en anglais). Lorsqu’un joueur checke, cela signifie qu’il préfère de ne pas miser mais il reste toujours en compétition se réservant le droit d’agir quand les autres joueurs se seront déclarés. Mais il ne peut recourir à cette action qu’une fois il est le premier de parole ou si tous les autres joueurs ont checké avant lui.
Par contre lorsqu’un joueur relance sans que quelqu’un le suive il remporte les mises, sinon un deuxième tour de surenchères est lancé et le donneur est tenu de retourner une quatrième carte appelée le turn.

Une fois le turn dévoilé, on amorce un troisième tour de la même façon que les précédents sous réserve bien sûr que deux joueurs au moins restent dans le coup, le donneur dévoile alors une cinquième carte dite la river.

Une fois le tableau final est divulgué (board en anglais) un dernier tour commence pour clôturer les surenchères et on a droit à trois possibilités :
Soit que l’un des joueurs surenchère et personne ne suit, autrement dit, ils se couchent et donc le joueur est déclaré vainqueur de la partie sans avoir besoin de dévoiler sa main.

Soit qu’on procède à l’abattage, donc tous les joueurs dévoilent leur cartes (les deux privatives en plus des cinq cartes communes) et la meilleure combinaison reporte le coup  en cas d’égalité entre deux joueurs ils partagent les gains.
Et le dernier cas de figure c’est lorsque tous les joueurs checkent on procède alors à l’abattage pour déterminer le vainqueur.

Pour toute personne intéressée par ce jeu il est impératif de connaître la hiérarchie des combinaisons au poker. Il faut signaler que pour élaborer la meilleure combinaison, le joueur peut utiliser une ou deux des ses cartes hole cards ou juste celles issues du tableau